Voici comment s'est déroulé le stage d’immersion de Lieselot chez Pigment.

Pourquoi participer aux stages d’immersion “Echange de travailleurs"?

Vous intéressez-vous aux impressions des participants? Cliquez ici.

Pourquoi devriez-vous organiser un stage d’immersion?

Êtes-vous curieux de connaître les expériences des organisateurs ? Si vous souhaitez organiser vous-même un stage d’immersion, consultez les ‘trucs et astuces’ ! Cliquez ici.

Comment les étudiants ont-ils vécu l'expérience des stages d’immersion “Echange de travailleurs”?

Cliquez ici.

Comment les travailleurs vivent-ils un stage d’immersion “Echange de travailleurs"?

Êtes-vous curieux du témoignage de Leen chez Wit-Gele Kruis? Alors cliquez ici.

Hoe ervaren werkers een 'kijkstage bij een ander'?

Ben je nieuwsgierig naar de getuigenis van Leen bij het Wit-Gele Kruis? Klik dan hier

"Je recommande vivement un stage d’immersion à tout le monde"

Chaque année, les travailleurs sociaux de Bruxelles peuvent visiter une organisation dans le cadre des stages "Echange de travailleurs". Grâce à un stage d’immersion, vous apprenez à mieux connaître vos collègues sur le terrain en étant immergé dans le fonctionnement d'une autre organisation. L'équipe du Kenniscentrum WWZ a également participé à un tel stage. Lieselot a passé une matinée au centre d'accueil Pigment pour les personnes en séjour irrégulier, où celles-ci se voient offrir une tasse de café, une douche et une petite conversation.

Lieselot : Lorsque je suis arrivée au Kaaitheater, qui ouvre son espace deux fois par semaine aux personnes en séjour irrégulier, j'ai été accueillie à bras ouverts par Nele et Pieter de Pigment ainsi que par les bénévoles. Ma tâche consistait à organiser les douches et la distribution des vêtements pour hommes : distribuer les serviettes de bain, aider à choisir les vêtements, surveiller l'heure des douches et nettoyer celles-ci. J'ai eu le plaisir de le faire avec Brandy, l'une des bénévoles. A coeur ouvert, elle m'a raconté comment elle avait elle-même été prise en charge par Pigment dans le passé, alors qu'elle n'avait pas de permis de séjour.

C'était admirable de voir comment Brandy interagissait avec les gens. Elle les a complimentés, leur a demandé comment était leur journée et a spontanément fait naître un sourire sur leur visage. C'est ce que les gens viennent chercher à l'accueil, selon Brandy : un visage amical, une discussion et de la chaleur humaine, en plus de l'aide matérielle. Lorsqu'un homme a demandé si nous avions des pantoufles pour la douche, Brandy a immédiatement promis de les lui apporter la semaine suivante. Tous les vêtements que les hommes reçoivent ici proviennent de dons. Mais il y a une grande pénurie de sous-vêtements, de chaussettes, de bonnets et d'écharpes.

C'est ce que les gens viennent chercher à l'accueil: un visage amical, une discussion et de la chaleur humaine

Ma rencontre avec Brandy a été très agréable, mais j'ai également eu des conversations sympathiques avec des hommes venus prendre une douche. L'un d'entre eux m'a dit sur un ton léger qu'il était heureux avec son nouveau pantalon, un autre m'a raconté qu'il n'arrivait pas à trouver un endroit où dormir et qu'il avait été refusé dans plusieurs refuges différents, un autre encore m'a parlé de ses années d'expérience en tant que commerçant. Ils avaient tous leur propre histoire, qu'ils pouvaient raconter en toute confiance aux oreilles attentives des bénévoles et des employés de Pigment. C'était un plaisir de pouvoir offrir une écoute supplémentaire ce matin. Un des hommes aux douches a demandé si nous connaissions un endroit où il pourrait dormir. Il avait été refusé dans différents lieux d’accueil auparavant. Heureusement, Brandy a pu lui donner quelques conseils. J'ai été confrontée à l'étendue limitée de mes connaissances sur la carte sociale de Bruxelles.

Après l'accueil, Nele m'a fait visiter la Huis Voyaach, le siège de Pigment. Le bâtiment contient également un certain nombre d'appartements destinés aux personnes en séjour irrégulier. Au rez-de-chaussée, des femmes étaient occupées à constituer des paquets de nourriture, qu'elles ont ensuite emportés chez elles. C'est une condition chez Pigment : ceux qui souhaitent bénéficier de la distribution de nourriture, apportent leur aide à la préparation des colis. Cela s'inscrit parfaitement dans la vision de l’organisation : travailler avec les gens, et pas seulement pour eux. Les dons de vêtements pour les femmes et les enfants sont stockés dans une petite pièce. Les familles peuvent s'y rendre pour choisir ce dont elles ont besoin. La volontaire qui devait aider à porter les vêtements aujourd'hui a prévenu qu'elle ne se sentait pas bien.

Lorsque j’ai demandé des explications à Pigment après la visite, Nele et Pieter m’ont dit que certains volontaires ont beaucoup de choses en tête. Ils ne peuvent pas toujours être là aux heures convenues, ne peuvent pas toujours nous prévenir, et on ne les en blâme absolument pas. Nele m’a indiqué que l'organisation est toujours en recherche d'une politique en matière de travail des volontaires. Je lui ai signalé que le Kenniscentrum WWZ peut aider dans ce domaine, grâce à notre Steunpunt Vrijwilligerswerk de Bruxelles. Nele a été heureuse d'apprendre ce que fait le centre de soutien et en quoi il pourrait apporter son aide à Pigment.

Je me suis interrogée sur les problèmes liés à la langue. Durant mon passage, j'ai entendu parler différentes langues. Comment une assistance peut-elle se mettre en place dans un contexte où des dizaines de langues sont parlées et où il n'y a pas toujours une langue commune ? Nele m’a expliqué avoir un manque criant de budget pour disposer d’interprètes et de médiateurs interculturels car sans cela,il est plus difficile d’aider la personne dans le besoin. Les amis et la famille viennent souvent à la rescousse, mais dans ce cas, la traduction peut ne pas être ni correcte ni complète.

Plus riche d’une nouvelle expérience, j'ai refermé la grande porte de la Huis Voyaach derrière moi et suis retournée à mon bureau dans le Lakenhuis. Là-bas, en tant qu'agent de communication, je suis bien installée, mais parfois loin de la réalité. Dans le cadre de mon travail, j'entends et je lis des histoires de travailleurs sociaux et de personnes en situation précaire, mais en tant que nouvelle venue dans le secteur des soins et de l'aide sociale, je n'avais pas encore vu cette réalité de près. C'est la raison pour laquelle j'ai choisi un stage chez Pigment. Pour la première fois, j'ai pu comprendre le contexte dans lequel travaillent les professionnels des soins et j'ai entendu des expériences et des histoires de première main de personnes en difficulté. Ce stage d’immersion m'a ouvert les yeux et m'a donné envie de quitter plus souvent ma chaise de bureau. Même pour ceux qui ont déjà goûté à la pratique ou qui y travaillent au quotidien, un stage d’immersion est sans aucun doute un bon moyen de repousser ses propres limites, de peaufiner ses méthodes de travail ou de remettre en question ses normes et ses valeurs.

Pour la première fois, j'ai pu comprendre le contexte dans lequel travaillent les professionnels des soins et j'ai entendu des expériences et des histoires de première main

À propos de Pigment

Pigment est une association où les pauvres prennent la parole (VWAWN) et qui travaille pour les personnes en situation irrégulière ainsi que pour les personnes ayant un parcours de migration et d'asile. Depuis la Huis Voyaach, au cœur de Bruxelles, Pigment organise des activités telles que des cours de fitness et des cours d’informatique. L'organisation fournit également une aide matérielle sous forme de nourriture et de vêtements. Deux fois par semaine, les personnes en situation irrégulière sont reçues à l'accueil. Elles peuvent profiter d'une tasse de café chaud, de la compagnie des bénévoles, d'une douche et de vêtements propres.

Pigment fait également un travail politique en menant des campagnes pour défendre les droits des personnes en situation irrégulière ou en situation de vulnérabilité. Ils le font toujours avec la population. Ceux qui trouvent la paix et la détente dans les activités et l'accueil ont parfois aussi le courage de prendre la parole et de transmettre des signaux aux autorités supérieures. Certaines personnes travaillent également comme bénévoles à Pigment pour les activités et l’accueil. Ainsi, Pigment part toujours des expériences des personnes en situation de précarité et tout est porté par ceux qui vivent eux-mêmes l'injustice.